L'Express / Francia

opinion

Quatre mois après l’attentat contre le professeur, la communauté enseignante est gagnée par la crainte des représailles et des déchirements idéologiques sur l’attitude à adopter.